Prévisions météo Marrakech

ARRIVEE

DEPART

Tél.: +212 (0) 524 39 17 01

GSM +212 (0) 6 60 10 17 95

E-mail:infos@lediamantdezaraba.com

MARRAKECH


Fondée au XIe siècle par le Sultan Almoravide Youssef Ben Tachfine, Marrakech devient la capitale du Royaume, elle donnera son nom au Maroc et s'enrichit de formidables constructions avant de connaître, sous les Alaouites, un rôle plus secondaire.
Baptisée « la Ville Rouge » ou encore « la Perle du Sud », Marrakech est une ville fascinante. Elle ensorcelle les visiteurs par ses couleurs contrastées: ocre couleur de terre de ses habitations, vert des innombrables palmiers, et blanc des monts enneigés de l’Atlas, ainsi que par ses monuments remarquables et ses immenses jardins ombrageux. Les Berbères et les Arabes s’y retrouvent, les nomades et les montagnards y convergent, les marchandises y regorgent, l’artisanat y brille, en deçà des palaces, casinos, hôtels et golfs qui en font un complément indispensable à un séjour de grande qualité. Marrakech est bel et bien la capitale du Sud marocain !!.

MARRAKECH…CITE IMPERIALE

 

La Ménara : Ce séduisant pavillon du XIXème siècle est l’un des sites les plus célèbres de la ville, il est l’image symbole de Marrakech. Ce dernier se distingue par les innombrables tuiles vertes qui se reflètent dans son immense bassin et, en arrière-plan, les hauteurs montagneuses souvent enneigées de l’Atlas.











Mosquée Koutoubia : Représentant le point de repère le plus réputé de Marrakech, du haut de ses 77 mètres, son minaret propulse son ombre protectrice sur l’ensemble de la ville depuis plus de huit siècles. Cette figure doit son nom aux libraires « Koutoubiyin » qui y mettaient leurs livres à la portée des élèves en sciences coraniques étudiant à l’intérieur de l’édifice.
Palais de la Bahia : Toute proche des Palais Royaux de la ville, cette vaste demeure fût érigée au XIXème siècle et sur ordre du grand vizir du Sultan. L’édification de ce site dura si longtemps qu’elle ne fût achevée qu’après sa mort par son fils. Sous le protectorat, le premier résident français, le Général Lyautey fit de ce joyau sa résidence.

Palais El Badii : De cet édifice, il ne demeure encore que les structures, car, du légendaire Palais d’Ahmed El Mansour, il ne reste rien : onyx, marbres, stucs.. tout à été dévasté sur l’ordre de Moulay Ismaël, en 1696, pour embellir ses Palais Royaux de Meknès.


Bab Ahmar : Ce qui signifie « la Porte Rouge ». Construite par les Alaouites au XVIIIème siècle, elle était uniquement réservée au Sultan qui gagnait par là le palais tout proche. Son emplacement actuel se trouve à proximité du Palais Royal et du Jardin de l’Agdal.


Tombeaux Sâadiens : A la fin du XVIème siècle, la nécropole Sâadienne comptait de nombreux mausolées dont un, fût construit pour abriter la tombe du Sultan Ahmed El Mansour. La sépulture est exposée dans la salle des douze colonnes qui renferme également plusieurs tombeaux Alaouites.


La Mosquée Ben Youssef : D’origine Almoravide, ce bâtiment fut restauré au XVIème siècle, ensuite au début du XIXème siècle. Son immense et puissant minaret en pierre surpasse les toits en tuiles vertes vernissées à plus de 40mètres de hauteur.


Place Jamâa El Fna : La plus célèbre place du Maroc est souvent caractérisée par la foule des bateleurs, des marchands et des acrobates qui, du matin jusqu’au soir, font de cet espace unique, l’immense scène d’un spectacle permanent et riche, un véritable festival de distractions et de restauration.


Dar El Glaoui : Cette magnifique demeure, masquée par de très hauts remparts, fut construite au début du XXème siècle par le pacha de Marrakech. Une tranche est utilisée aujourd’hui comme bibliothèque, une autre à été restaurée et sert aujourd’hui à recevoir des chefs d’états.


Bab Agnaou : Construite par le Sultan Almohade Abdelmoumen en 1150, cette porte marquait autrefois l’entrée solennelle du Palais Royal, mais servait aussi, à en croire les chroniques anciennes, à exposer les têtes des suppliciés. Ses motifs qui se composent d’arabesques encadrées d’écritures, portent la griffe de la dynastie Almohade.

 

Environs de Marrakech


La vallée de l’Ourika:
La vallée de l’Ourika offre au visiteur un paysage plaisant, avec ses cultures en damier et ses villages en terre suspendus à flanc de montagne. A partir de Setti Fatma, elle fait l’objet de promenades à pied, de randonnées vers les gravures rupestres du jebel Yagour ou d’excursions vers le massif de l’Oukaïmeden. Cette vallée, extraordinairement entaillée, est parcourue par un oued vigoureux qui porte son nom, ce dernier perce les premiers contreforts de l’Atlas et irrigue, de son eau claire et chatoyante, la vallée dont les vergers et les cultures en plates-formes donnent un aspect toujours verdâtre.

Station Oukaïmeden

A 74 kilomètres de Marrakech, s’élevant à une altitude de 2650 mètres, se trouve le massif de l’Oukaïmeden, ce dernier porte le plus beau domaine skiable d’Afrique. Cette station de sports d’hiver est dotée du télésiège le plus haut du continent, il permet de monter à 3300 mètres d’altitude et ainsi de jouir d’un superbe panorama vers les contreforts du Haut Atlas et la plaine du Haouz qui l’entourent. En été, la station offre aux Marrakchis un havre de fraîcheur de par ses vastes espaces de ses pâturages d’altitude. Aussi, pour les adeptes de l’archéologie,  plusieurs centaines de gravures rupestres, probablement datant de l’âge du Bronze, sont recensées sur rochers dispersés un peu partout entre les maisons.


le Col du Tizi N'Test

Dominant la pleine surchauffée du Sous, l’un des plus beaux paysages marocains s’ouvre sur le chemin menant de Marrakech au col du Tiz-n-Test. De la pleine du Haouz au pied du Jebel Toubkal, les douars (villages) accrochés à flanc de montagne mélangent leurs couleurs avec celles de la terre. De cet immense belvédère situé à 2100 mètres d’altitude, on découvre un splendide panorama des sommets de l’Atlas et de la vallée du Sous qui s’étend 2000 mètres en contrebas.

Tin-Mal

Il ne subsiste encore de ce merveilleux site que les décombres de remparts et l’imposante mosquée qui porte son nom. Tin-Mal fut bâtie vers la deuxième moitié du XII ème siècle, mais fut détruite un siècle plus tard par les Mérinides. elle resta le berceau de la dynastie Almohade où les sultans, au fil des temps, dissimulaient les trésors d’un empire qui s'étalait jusqu’en Andalousie.